Technologie

Cap sur l'agriculture du futur

minutes temps de lecture
Tags: ZéroÉmission, Connectivité, Mobilitéélectrique, Efficacité
Une population mondiale croissante a besoin d'une agriculture plus productive et plus durable. L'approche de l'agriculture intelligente est la clé pour faire face aux défis du secteur agricole.
Kathrin Wildemann, novembre 14, 2019
author_image
Kathrin Wildemann est membre de l'équipe permanente de rédaction de ZF depuis 2016. Elle aime consacrer ses articles qu'elle publie en ligne et hors ligne, à la mobilité électrique ainsi qu'à d'autres thèmes en rapport avec la durabilité.
Toutes les secondes, la population mondiale compte deux personnes de plus. Environ 9,6 milliards d'individus vivront sur notre planète en 2050, pratiquement deux fois plus qu'en 1987. La production agricole doit augmenter de près de 50 % par rapport à 2013 pour couvrir les besoins de cette population en aliments, biocarburants et autres produits agricoles. Ces chiffres ont été fournis par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Mais un facteur important ne suit pas la croissance de la population mondiale : depuis plusieurs années, la surface agricole utile reste constante et représente près de 37 % de la superficie terrestre mondiale. Ce pourcentage a même légèrement diminué depuis la fin des années 1990.

Sécheresse, chaleur, météo extrême : l'agriculture face au climat

Sécheresse, chaleur, météo extrême : l'agriculture face au climat
Une autre tendance mondiale entrave l'énorme tâche du secteur agricole. L'agriculture est un secteur économique particulièrement touché par les effets du changement climatique. Même si des températures et précipitations plus élevées dans des zones au climat plus tempéré peuvent avoir un effet positif dans un premier temps, la chaleur, la sécheresse et les inondations entraîneront en fin de compte une réduction des récoltes mondiales. Ce problème affecte fortement en particulier les pays à faible revenu dans les régions chaudes, où les agriculteurs n'ont souvent pas les ressources nécessaires pour adapter leur travail aux conditions climatiques changeantes.
Les agriculteurs ont donc besoin de méthodes qui leur permettent d'augmenter considérablement leur productivité afin de pouvoir subvenir aux besoins alimentaires des 9,6 milliards de personnes qui vivront sur notre planète en 2050. En même temps, ils doivent assurer une utilisation durable et efficace des ressources. Les tendances technologiques qui ont déjà radicalement changé de nombreux autres domaines de notre vie quotidienne fournissent des éléments de réponse à cet égard : la numérisation et la mise en réseau de différents appareils, informations et systèmes indépendants sur l'Internet des Objets.
La production agricole doit progresser d'environ
50 %
d'ici 2050 pour couvrir les besoins d'une population mondiale croissante.
Voilà comment eTRAC facilite le travail sur des sols en pente ou détrempés. La propulsion additionnelle fournie par eTRAC permet aussi à l'agriculteur de déplacer une remorque plus lourde sans que le tracteur ne dispose d'un moteur très puissant.

L'agriculture intelligente introduit la numérisation et l'interconnexion dans les fermes

L'agriculture intelligente introduit la numérisation et l'interconnexion dans les fermes
Dans les futures exploitations agricoles, des capteurs placés dans les champs surveilleront l'humidité et d'autres propriétés du sol, tandis que des drones inspecteront l'état des plantes en vue aérienne. Sur la base de ces données, on peut déterminer avec précision et appliquer de manière sélective les quantités nécessaires en termes d'irrigation, d'engrais ou de pesticides. Les semences sont distribuées par un tracteur équipé de systèmes d'assistance intelligents qui, grâce à des cartes de haute résolution, exploite la terre arable disponible de manière optimale et respecte rigoureusement la trajectoire calculée. Pendant ce temps, l'agriculteur peut se concentrer sur ses vraies tâches et surveiller l'ensemencement.
Un tel réseau d'interconnexion réduit non seulement les coûts de matières premières chères, mais protège aussi l'environnement. L'institut national de recherche agricole de Bavière estime qu'une ferme numérique consomme 10 % moins d'herbicides et 20 % moins de carburant.
Le système de transmission électrique proche des roues eTRAC, intégré par exemple dans une charrue, fournit une traction supplémentaire exclusivement électrique.

ZF suit aussi l'approche Smart Farming ou agriculture intelligente avec sa gamme d'équipements agricoles. « Efficace, sûre et interconnectée, telle est notre vision de l'agriculture de l'avenir », explique le Dr Karl Grad, responsable de la gamme de produits Systèmes pour Machines Agricoles chez ZF. « Avec nos systèmes, nous voulons aider les agriculteurs à doter leurs fermes des outils nécessaires pour relever les défis de demain. » Avec sa solution de connectivité ZFlink, le groupe permet de surveiller à tout moment l'état de l'équipement agricole au moyen d'une application, ou de planifier la maintenance des véhicules sur la base des données de la chaîne cinématique. Cela réduit les temps d'arrêt, dommages consécutifs et coûts. Les systèmes d'assistance à radar conçus pour les tracteurs et capables de détecter les piétons et cyclistes garantissent une plus grande sécurité dans l'exploitation agricole et sur les chemins menant aux champs.
La solution de connectivité ZFlink permet de surveiller l'état d'un équipement agricole à l'aide d'une application ou de planifier la maintenance de véhicules sur la base des données de la chaîne cinématique.

Plus d'efficacité, moins d'émissions

Plus d'efficacité, moins d'émissions
La « Vision Zéro » de ZF, visant à un monde sans accidents et sans émissions polluantes, a aussi pour objectif de résoudre un autre problème : l'agriculture subit non seulement d'une manière particulière les effets du changement climatique, mais est aussi l'une des sources principales d'émissions de gaz à effet de serre. Elle est responsable d'environ 21 % des émissions mondiales. Le méthane et les oxydes d'azote émis par l'élevage sont les principaux gaz à effet de serre. Mais les gaz d'échappement des véhicules agricoles ont aussi un impact. Les entraînements électriques auxiliaires conçus pour les tracteurs, les outils ou les remorques offrent un potentiel considérable pour réduire la consommation de carburant et des émissions de dioxyde de carbone. Fidèle à sa devise « ZF électrifie tout », le groupe a élaboré des solutions pour de multiples applications.
L'AgriApp de ZF affiche toutes les informations de manière claire.

Le système de transmission électrique proche des roues eTRAC en est un exemple : intégré dans une charrue, par exemple, il fournit une assistance de traction exclusivement électrique et facilite ainsi le travail sur les sols en pente ou détrempés. La propulsion additionnelle fournie par l'eTRAC permet aussi à l'agriculteur de déplacer une remorque plus lourde sans que le tracteur ne dispose d'un moteur très puissant. Ce n'est pas seulement bon pour le climat, mais aussi pour le sol. Car le tassement de la terre arable est l'un des problèmes les plus répandus dans le secteur agricole.